Tant bien que mél...

Madame, Monsieur,


Vous avez été nombreuses et nombreux à nous appeler depuis le début de l’année pour nous demander ce qu'il faut comprendre de la baisse vertigineuse des marchés financiers et surtout, ce qu'il faut faire. D’autres parmi vous ont paniqué et ont capitulé en vendant l’intégralité de leurs positions.

Le 11 février, les bourses européennes ont fini à leur plus bas niveau depuis l'été 2013 avec pour le marché français un CAC 40 sous 3900 points. L'indice des banques européenne est quant à lui à -28 % depuis le 1er janvier.

Il y a longtemps que je n'avais pas ressenti le besoin de de reprendre ma plume électronique car je partais du principe que  vous êtes « surinformé(e)s » .Le problème est que nous vivons dans l’immédiateté  de ces medias modernes qui  nous apportent de nombreuses sujets de réflexion, (souvent présentés « de travers »)  mais  que nous n’avons plus le temps d’y réfléchir …

Je vais tenter de  vous expliquer ce qui peut légitimement apparaître à bon nombre d'entre vous comme inexplicable….

L’exercice est toutefois délicat tant le sujet est compliqué et les niveaux de connaissance et d'appétence de notre clientèle pour la chose économique et financière sont variés.
En réalité il s'agit d'un engrenage qui a commencé fin novembre 2015 et qui repose sur les peurs suivantes :

  • 1) Peur de voir la croissance chinoise baisser suite à la dévaluation de sa monnaie.
  • 2) Peur de voir la croissance mondiale trop ralentir suite à la baisse du pétrole.
  • 3) Peur d’une récession américaine induite par les deux points précédents.
  • 4) Peur de voir les banques emportées dans la tourmente des trois points ci-dessus.
  • 5) Peur d'un risque « systémique » nous rappelant les crises de 2008 et 2011 due aux quatre points ci-dessus…

Nous pourrions ajouter d'autres peurs résurgentes (Grèce, Portugal, Crise gouvernementale Espagnole et Brexit…) mais le menu ci-dessous nous paraît suffisamment copieux …..
Enfin, nous verrons à la fin de cet article ce qui pourrait ramener des éclaircies boursières.

Lire la suite : Tant bien que mél...

Au pied d'humour ...

Madame, Monsieur,

En cette rentrée, nous venons vers vous pour commenter notre bel été, éclatant malgré les prévisions (les Cassandres financières ont été inventées pour que les météorologues ne soient plus les seuls à se tromper...) et vous faire part de notre sentiment de marché et des opportunités patrimoniales d'ici la fin de l'année. En effet, comme le rappelle Jacques Attali à la page 100 de son livre " Urgences françaises", la France est devenue sous la présidence actuelle, championne du monde en matière de taux d'imposition (57% pour les revenus du travail, 62% pour les revenus du capital, 75% pour les salariés les mieux payés). Ainsi un salarié travaille pour l'état de janvier à fin juillet. Il est donc normal que nous lui proposions notre aide pour préserver son gain de fin d'année...

Lire la suite : Au pied d'humour...